Statuts, comité, etc.

Cette rubrique contient des éléments essentiels de connaissance de l’association, comme les statuts, la liste des membres du bureau, etc.

 


Articles :
Histoire de la FET/ Historio de FET

La Fédération Espérantiste du Travail a été fondée en 1936 lors du Front Populaire. Son journal "le Travailleur Espérantiste" date de 1912. Elle a été le résultat de la fusion de deux organisations (communiste et socialiste). Ses deux principaux dirigeants furent déportés et assassinés par les Nazis (dont Marcel Boubou). Un de ses membres siégeait au comité de l’Union française pour l’Espéranto entre 1946 et 1953. Elle s’est reconstituée à partir de 1970 et tient depuis 1973 un stand à la Fête de l’Humanité. En 1989, une nouvelle équipe s’est constituée autour de Robert Laudereau, son président. En 2001, la FET a signé un contrat avec "Espéranto-France". La FET se trouve au confluent du Mouvement Espérantophone et des organisations progressistes. Elle prend résolument parti pour les droits de l’homme, contre la mondialisation libérale, pour la paix, la démocratie, les libertés.

Federacio Esperantista de Laboro fondiĝis en 1936 dum Popola Fronto. Ĝia gazeto "Esperantista Laboristo" datumas de 1912. Ĝi rezultis de kunfandiĝo de du organizoj (komunista kaj socialista). Du el ĝiaj ĉefaj gvidantoj estis deportitaj kaj murditaj de Naziistoj. Uu el ĝiaj membroj sidis en komitato de UFE inter 1946 kaj 1953. Ĝi rekonstruiĝis ekde 1970 kaj starigas de 1973 budon ĉe Festo de Humanité. En 1989, nova teamo stariĝis kun ĝia prezidanto, Robert Laudereau. En 2001, FET subskribis kontrakton kun Espéranto-France. FET troviĝas ĉe kunfluo de E-Movado kaj de progresemaj asocioj. Ĝi decide luktas por homaj rajtoj, kontraŭ liberala tutmondiĝo, por paco, demokratio, liberecoj.


Konsisto de FET-Komitato

Robert Laudereau, Prezidanto
Frédéric Scibor, Sekretario
Flora Markov, Kasistino
Fabrice Benoist, Kasisto
Vinko Markov, Sekretario


Statuts de la FET

A. CONSTITUTION

Article 1. Il est constitué entre les travailleurs manuels et intellectuels qui adhèrent aux présents statuts une association dénommée "FEDERATION ESPERANTISTE DU TRAVAIL" [1]. Elle est légalement déclarée et régie par la loi du 1er Juillet 1901.

Article 2. Le siège de la F.E.T. est fixé au domicile du secrétaire, actuellement à Châtillon (92). Il pourra être transféré sur simple décision du Comité Fédéral.

Article 3. La Fédération Espérantiste du Travail est indépendante des autres organisations espérantistes. Elle est également indépendante des organisations démocratiques avec lesquelles elle peut être amenée à sympathiser ou à collaborer.

(Addition votée le 10 mai 2002 par l’Asssemblée Générale à Bouresse :)

"Le Comité peut établir des contrats avec toute organisation dans le respect des spécificités respectives. Ces contrats doivent être ratifiés par l’Assemblée générale de FET et ont alors valeur d’addition au règlement intérieur de FET.

Les contrats précisent les modalités de participation aux décisions de chacune des parties contractantes."

B. BUT

Article 4. Respectueuse du caractère spécifique des diverses organisations démocratiques, la F.E.T. a pour buts la propagation de la langue internationale Espéranto parmi les travailleurs, et son utilisation comme instrument au service de la paix, du progrès social et du socialisme.

A cet effet :
1) Elle propage parmi les travailleurs manuels et intellectuels, dans les milieux politiques, syndicaux, coopératifs et culturels, l’idée de la langue internationale Espéranto.
2) Elle organise l’enseignement de l’Espéranto dans ces milieux.
3) Elle oriente ses membres vers l’utilisation pratique de l’Espéranto au service des travailleurs.
4) Elle participe aux luttes pour la paix, les libertés, la démocratie, le progrès social.

C. ORGANISATION

Article 5. La F.E.T. comprend des espérantistes et des amis de l’Espéranto sans distinction de nationalité ni de langue maternelle. Pour la propagande de l’Espéranto, les adhérents peuvent se gouper par localité ou par région. Le responsable d’un groupe est désigné par les membres de ce groupe, en accord avec le Comité Fédéral : sa candidature peut être suggérée par le Comité Fédéral.

Article 6. La F.E.T. est administrée par un Comité Fédéral élu pour 3 ans par l’assemblée générale et renouvelable par tiers chaque année ; les membres sortants sont rééligibles. Le Comité, qui comprend au minimum cinq membres, élit dans son sein un président, un secrétaire, et un trésorier. Un réglement intérieur destiné à fixer les divers points non prévus par les statuts, peut être établi par le Comité Fédéral, qui le fait alors approuver par l’Assemblée Générale.

D. ADMISSIONS ET EXCLUSIONS

Article 7. Sont admises toutes les personnes ou groupes de personnes sans distinction de croyances ou d’opinions, qui approuvent les buts définis à l’article 4 des présents statuts et paient une cotisation annuelle. Sont également admises les organisations démocratiques qui sont d’accord avec les buts ou les moyens d’action de la F.E.T.

Article 8. L’adhérent dont l’action ne s’accorde pas avec l’esprit défini dans la plate-forme résumée par l’article 4, ou qui nuit sciemment à la F.E.T., pourra être exclu par le Comité Fédéral. Tout exclu pourra faire appel de cette décision à l’assemblée générale suivante.

E. COTISATIONS

Article 9. Chaque adhérent doit verser à la F.E.T. une cotisation dont le montant est fixé par le Comité Fédéral. Les organisations démocratiques qui adhèrent à la F.E.T. paient une cotisation symbolique dont le montant est également fixé par le Comité Fédéral. Tout adhérent en retard de plus de six mois dans le paiement de sa cotisation sera considéré comme démissionnaire et radié d’office.

F. ASSEMBLEE GENERALE

Article 10. Chaque année le Comité Fédéral fixe la date de l’Assemblée Générale. Avant la réunion de celle-ci, et au moins 1 mois à l’avance, il sera envoyé aux membres isolés et aux groupes locaux ou régionaux l’ordre du jour comportant les propositions des membres isolés et des groupes, ainsi qu’un rapport moral et un rapport financier présentés par le Comité Fédéral. L’assemblée générale ne peut valablement discuter que sur les points inscrits à l’ordre du jour.

Article 11. Sur la demande de la moitié plus un des adhérents à jour de leur cotisation, le président peut convoquer une assemblée générale extraordinaire suivant les modalités prévues pour les assemblées ordinaires.

G. REVISION DES STATUTS. DISSOLUTION

Article 12. Les présents statuts peuvent être modifiés à toute assemblée générale sur la proposition d’un membre isolé, d’un groupe, ou du Comité fédéral. Les propositions devront être envoyées au moins deux mois avant l’assemblée générale pour être publiées au moins un mois avant celle-ci.

Article 13. La dissolution de la F.E.T. ne pourra être prononcée que par les deux tiers des adhérents présents ou représentés, qui décideront en même temps de l’emploi de l’actif disponible, et l’actif, s’il y a lieu, est dévolu conformément à l’article 9 de la loi du 1er juillet 1901 et au décret du 16 août 1901. A défaut d’accord, il sera procédé à un second scrutin secret, et la décision pourra être valablement prise à la majorité relative des membres présents.


Actualités précédentes :
Fédération Espérantiste du Travail
115 rue Béranger F-92320 Chatillon