TE N°269 Mai/juin 2004

 


Articles :
COMPTE RENDU DE LA MANIFESTATION EUROPA BUNTO 2004

La journée du 9 mai 2004 a été très positive par bien des aspects. Malgré la distance et le mauvais temps, plus de 300 personnes se sont rassemblées à Strasbourg : les manifestants s’étaient déplacés des quatre coins de la France mais aussi plusieurs étaient venus d’Allemagne, de Belgique, de Suisse, de Grande-Bretagne et même de Serbie.

A partir de 10h00, les participants se sont rassemblés au fur et à mesure sur la Place de l’Université. L’arrivée des cars de Bretagne et de Paris fut particulièrement remarquée et chacun avait ramené ses banderoles et autres costumes adéquats à la manifestation. Le lieu de rendez-vous était facilement repérable grâce au grand ballon multicolore qui surplombait la Place de l’Université avec une banderole EUROPA BUNTO accrochée le long du filin. Après quelques mots de bienvenue par Denis-Serge Clopeau, plusieurs participants ont salué le public dans leur langue maternelle. On signala au passage les noms des 33 associations qui avaient apporté leur soutien à la manifestation. Le concert de jOmO fut très apprécié de tous : ses chansons en plusieurs langues ont mis une ambiance certaine et ont attiré l’attention du public strasbourgeois présent dans les environs. La manifestation est partie avec un peu de retard aux alentours de 14h30. Le cortège dans l’allée de la Robertsau était assez impressionnant par sa longueur et son foisonnement de banderoles. On pouvait y entendre entre autres le slogan « L’Europe, c’est les langues d’abord, non à la discrimination, oui à la communication ! ». La pluie qui s’est mise à tomber à la mi-parcours n’a pas pour autant découragé les participants qui sont allés jusque devant le Parlement Européen. Là, sous une pluie battante, on a clôturé brièvement la manifestation et les participants se sont dispersés vers 16h00.

La journée n’était pas totalement finie car il y avait encore le débat au Parlement Européen. Celui-ci a été un peu perturbé notamment par le succès de la « journée portes ouvertes » au Parlement qui a reçu beaucoup plus de monde que prévu avec 32000 visiteurs. Néanmoins, le débat fut de bon niveau. Il était animé par Gilbert Stammbach et les différents intervenants se sont penchés sur la question « comment éviter la discrimination linguistique et permettre le multilinguisme selon les textes fondateurs de l’Union Européenne ? » devant un public d’une septantaine de personnes.

La journée a été assez bien couverte médiatiquement : un passage sur France 3 Alsace, plusieurs articles dans les Dernières Nouvelles d’Alsace, une demi-page dans le programme officiel de "Strasbourg fête l’Europe des 25". La manifestation a été mentionnée sur plusieurs stations de radio, dont France Bleu, et le journal basque Berria a même consacré trois articles au sujet d’EUROPA BUNTO.

Sébastien Erhard et Elodie Le Balc’h avaient préparé à l’avance un sondage pour se faire une idée des principales motivations des manifestants. Sur place, par manque de temps, seule une douzaine de personnes a pu être sondée, le reste du sondage a été effectué auprès des participants du car de Bretagne. Toutefois, il en ressort quelques observations intéressantes. Le principal regret des organisateurs est la participation quasi-exclusive d’associations d’espéranto à la manifestation.

Or, plusieurs participants nous ont également fait part du fait qu’ils auraient souhaité rencontrer davantage d’associations de langues autres que l’espéranto. D’ailleurs, on remarque dans les résultats du sondage que plusieurs étaient d’abord venus pour défendre leur langue maternelle ou le multilinguisme en général, bien que espérantophones par ailleurs. Mais globalement, on a pu remarquer que tous les participants ont été très satisfaits de la journée au point que tous souhaitent que la manifestation soit reconduite d’autres années. Par contre, faut­-il la reconduire sous la même forme ? au même endroit ? tous les ans ? Certaines personnes ont proposé comme lieu Bruxelles, d’autres ont suggéré une idée intéressante : en plus d’une grande manifestation unitaire, on pourrait organiser le même jour plusieurs autres manifestations plus locales dans quelques grandes villes d’Europe. De telles manifestations locales seraient organisées en étroite collaboration avec des associations de toutes langues et permettraient à un plus grand nombre de personnes de participer à cette journée EUROPA BUNTO. N’hésitez pas à nous faire part de vos opinions sur ces suggestions en écrivant à europa.bunto@eraro.com. Pour finir, nous tenions à remercier tous ceux qui se sont mobilisés pour cette journée du 9 mai 2004, notamment ceux qui ont agi sur le plan local (organisation des cars, préparation des banderoles, etc.) et dont l’aide nous a été des plus précieuses. A une prochaine fois !

PS : Vous pourrez trouver les photos de la manifestation ainsi que des sons, la revue de presse et les résultats du sondage sur le site www.europa-bunto.org.


Esperranto

La 9-a de majo 2004 estis tre pozitiva tago pri pluraj aferoj. Malgraŭ la distanco kaj la malbona vetero, pli ol 300 homoj kunamasiĝis en Strasburgo : la manifestaciintoj estis venintaj el ĉiuj partoj de Francio sed ankaŭ pluraj alvenis el Germanio, el Belgio, el Svislando, el Britio kaj eĉ el Serbio.

Ekde la 10-a horo, la partoprenintoj amasiĝis progresive sur la Placo de la Universitato. La alveno de la busoj el Bretonio kaj el Parizo estis aparte rimarkita kaj ĉiu estis kunportinta siajn banderolojn kaj aliajn taŭgajn kostumojn por la manifestacio. La rendevua loko estis facile videbla dank’al la bunta balonego, kiu superis la Placon de l’Universitato kun unu banderolo EUROPA BUNTO alkroĉita laŭlonge de la balonega ŝnuro.

Post kelkaj bonvenigaj vortoj de Denis-Serge Clopeau, pluraj partoprenantoj salutis la publikon en sia gepatra lingvo. Oni tiam menciis la nomojn de la 33 asocioj, kiuj estis alportintaj sian subtenon al la manifestacio. La koncerto de jOmO estis tre ŝatita de ĉiuj : liaj kantoj en diversaj lingvoj donis iun certan etoson al la aranĝo kaj tiklis la atenton de la strasburga publiko ĉeestanta en la proksimaĵo.

La manifestacio ekis kun malfrueto ĉirkaŭ la 14-a kaj duono. La kunirantaro en la aleo de la Robertsau estis sufiĉe impona pro ties longeco kaj ties multeco da banderoloj. Eblis aŭdi interalie la sloganon « Eŭropo, estas la lingvoj unue, ne al diskriminacio, jes al komunikado ! ». La pluvo, kiu ekfalis ekde la duono de la marŝado, tamen ne senkuraĝigis la partoprenantojn, kiuj iris ĝis antaŭ la Eŭropa Parlamento. Tie, sub sufiĉe forta pluvo, oni rapide konkludis la manifestacion kaj la partoprenantoj disiĝis ĉirkaŭ la 16-a horo. La tago ne estis tute finita ĉar ankoraŭ estis la debato ĉe la Eŭropa Parlamento. Tiu-ĉi ĝuste estis iom perturbita ĉefe pro la sukceso de la « tago de pordoj malfermitaj » ĉe la Parlamento, kiu ricevis multe pli da homoj ol antaŭvidite kun 32000 vizitintoj. Tamen, la debato estis bon-nivela. Ĝin animis Gilbert Stammbach kaj la diversaj invititoj okupiĝis pri la demando « kiel eviti lingvan diskriminacion kaj ebligi multlingvismon laŭ la fundamentaj tekstoj de la Eŭropa Unio ? » antaŭ publiko de sepdeko da homoj.

La tago estis sufiĉe bone priparolita en la amasinformiloj : momento ĉe la televidkanalo France 3 Alsace, pluraj artikoloj en la regiona ĵurnalo Dernières Nouvelles d’Alsace, unu duon-paĝo en la oficiala programo de "Strasburgo festas la 25-landan Eŭropon". La manifestacio estis menciita ĉe pluraj radio-stacioj, interalie France Bleu, kaj la eŭska ĵurnalo Berria eĉ dediĉis tri artikolojn pri EUROPA BUNTO.

Sébastien Erhard kaj Elodie Le Balc’h estis antaŭpretigintaj enketon por havi ideon pri la ĉefaj motivoj de la manifestaciontoj. Surloke, pro tempo-manko, nur dekduon da homoj oni sukcesis enketi, la ceteron oni enketis inter la partoprenantoj de la Bretonia buso. Tamen, videblas kelkaj interesaj observoj. La ĉefa bedaŭro de la georganizintoj estas, ke partoprenis la manifestacion preskaŭ nur esperantistaj asocioj. Nu, ankaŭ pluraj partoprenintoj diris al ni, ke ili estus dezirintaj renkonti pli da asocioj pri lingvoj krom Esperanto. Ĝuste, oni rimarkas en la rezultoj de la enketo, ke pluraj estis unue venintaj por defendi sian gepatran lingvon aŭ multlingvismo ĝenerale, kvankam ili cetere estas esperanto-parolantoj. Sed ĝenerale, oni rimarkis, ke ĉiuj partoprenintoj estis tre kontentaj pri la tago tiagrade, ke ĉiuj deziras, ke la manifestacio reokazu dum venontaj jaroj. Tamen, ĉu oni reokazigu ĝin samforme ? ĉu en la sama loko ? ĉu ĉiujare ? Kelkaj proponis Bruselon, kiel ebla loko, aliaj sugestis interesan ideon : krome de granda unuiga manifestacio, oni povus organizi samtage plurajn aliajn manifestaciojn pli lokajn en kelkaj grandaj urboj de Eŭropo. Tiaj lokaj manifestacioj estus organizotaj vere kunlabore kun alilingvaj asocioj kaj ebligus al pli granda nombro da homoj partopreni tiun tagon EUROPA BUNTO. Ne hezitu sciigi al ni viajn opiniojn pri tiuj sugestoj skribante al europa.bunto@eraro.com.

Fine, ni deziris danki ĉiujn, kiuj agadis por tiu tago de la 9-a de majo 2004, precipe tiujn, kiuj loke agadis (organizado de busoj, pretigado de banderoloj, ktp.) kaj kies helpo estis tre grava por la sukceso de tiu tago. Ĝis venonta fojo !

PS : Troveblas fotoj pri la manifestacio kaj ankaŭ sonoj, la gazetaro kaj la rezultoj de la enketo ĉe la TTT-ejo www.europa-bunto.org.


Prelego de Nicole Lafitte pri Pacmovado

Mi nomiĝas Nicole Lafitte. Mi venas el E-grupo de la Ciotat en Provenco. Dank’al bonvolo de Renée Triolle, mia edzo kaj mi lernas Esperanton de tri jaroj. Komence, mi nur deziris malpli komercajn, sed pli fratecajn kontaktojn dum eksterlandaj vojaĝoj. Antaŭe de 1995, ni batalis en packomitato enhavinta 50 anojn, ĉar je tiu dato Prezidento Chirac decidis nukleajn apertĉielajn provojn en Mururoa en Franca Polinezio. Tuj loka kolektivo naskiĝis por protesti. Eta grupo aperigis ĝin, en kiu mia edzo kaj mi aktivis. Tio, kion proponis Pacmovado taŭgis al ni. De tri jaroj pli kaj pli, tiaj elektoj : pacismo kaj Esperanto kompletiĝis en nia vivo.

Per mia ankoraŭ nesufiĉa esperanta nivelo, per mia limigitaj scioj kaj pacaj spertoj, mi ekparolos pri Pacmovado. Do mi petas, ke vi senkulpigos mankojn de mia raporto.

Sciencisto Frédéric Juliot-Curie fondis Pacmovadon en 1949. li direktis konstruadon de la unua franca atompilo ; li estis tiam Alta Komisaro de Atom-Energio kaj agema ano de Komunista Partio. Sed post la dramaj Hiroŝimo kaj Nagasaki, li rifuzis tian uzon de scienco. Estis komenco de malvarma milito.. En Koreio, Usono deziris fini rapide la militon per atombombo. Franca registaro silentis. Ĉar Joliot-Curie estis tiam elektata, li diskonigis Alvokon de Stokholmo, petskribon kiu arigis 500 milionojn da subskriboj en la mondo. En Francio, Joliot-Curie estis maldungita el sia alta posteno, sed amasdetruaj armiloj ne uziĝis.

Poste, Pacmovado ĉiam batalis por malpermeso kaj eĉ forigado de armiloj malgraŭ korŝiroj de iom da anoj pro rivaleco Usono-Sovetunio. Dum la dua jarcentparto, ĝi konstante agadis por malarmado, malkoloniigado, kontraŭ rasismo.
Hodiaŭ pli kaj pli kreskas ĝia dinamiko. Ĝi asertas siajn eksterpartiecon, ekstereklezion, eksterpovecon. Do, ĝi estas laika kaj plurisma.

Ĝi rilatas kun pacorganizoj de ĉiuj kontinentoj. Ĝi anas "Internacian Pacestraron" "Mondan Packonsilion" "Abolon 2000" -internacian reton por forigado de nukleaj armiloj. Ĝi partoprenas "Specialan Komitaton de Ne-Registaraj Organizoj (NRO-j) pri malarmado ĉe UN en Ĝenevo.

Ĝi subtenas UNICEF por infanprotektado kaj Disvolviĝhelpajn organizojn. Fine kaj plej grave, ĝi agadas kun Unesko pri kulturo de paco dum jardeko 2000-2010. Ĝi ĵus agnoskiĝis kiel Popoleduka Asocio far Ministerio pri Nacia Edukado.

Ĝi federigas pli ol komitatojn aŭ lokajn grupojn en Francio. Provenca regiono havas preskaŭ 500 agemajn anojn . Ĉiusemajne preskaŭ 8000 homoj ricevas "Pac-informilon" per reto en Francio. ĉiujare pluraj kampanjoj okazas por apliki celojn de Pac-Movado.

Ni resumu ilin :

- malebligi militojn kaj terorismaĵojn ; solvi konfliktojn per justaj traktadoj,
- informi, emigi publikan opinion al pacvidpunktoj,
- eduki junajn generaciojn al paco kaj neperforto,
- konstrui homsekurecon.

Estas vastega programo. Ĝin ofte oni mokas, misfamigas, kontraŭas. Ne facilas.

Ĉiu komitato, krom naciaj agadoj, povas elekti siajn temojn. Ekzemple, de sia fondiĝo, La Ciotat-komitato pli ŝatas packulturon kaj subtenon al pacista reto.
En Rijeko en Kroatio kaj Tuzlo en Bosnio, niaj kunagantoj estas edukistoj, artistoj, virinasocia respondeculino. ili ĉefe helpas orfojn, rifuĝintojn, ellokigitojn, lastmilitajn inajn viktimojn. ili faciligas postvivon, edukadon, rehejmeniron. ili havas la samajn valorojn kiel ni : demokration, laikecon ekologion, batalon kontraŭ ksenofobio, rasismoj, seksismo. Tio malfacilegas kaj danĝeras tie for en ekomia marasmo, malama etoso.
Ni starigis ses misiojn por unue alporti manĝaĵojn, vestojn, sed ankaŭ pli kaj pli pedagogiajn komputilajn, artajn, dokumentajn materialojn, ĉar per Uneko-projekto "Manifesto 2000", ni provas komuniki, interedukiĝi inter lernejoj kaj lokaj grupoj. Sed nur respondeculino parolas la francan kaj en nia komitato, neniu parolas serbkroatan lingvon kaj niaj anglaj paroloj estas aĉaj. Problemegis se ni volus daŭrigi. Mi pli poste ripetos.

Por reveni al Pacmovado, mi aldonas, ke en 2003, ĝi kreis egan nacian kolektivon post alvoko de usonaj pacistoj. Ĝi kunligis multegajn asociojn kaj partiojn.Ĉu vi memoras pri grandegaj manifestacioj por fino de milito en Irako kaj paco en Mezoriento ? Verŝajne jes. Bedaŭrinde okazis milito sed post sep monatoj de protestoj tra la tuta mondo. Do pacideoj kreskas kaj nun ni povas konstati, ke publika opinio pravis : perforto ne alportis pacon tien kiel aliloken. Pacmovado ankaŭ partoprenis alimondajn aranĝojn kaj manifestaciojn en Seatlo, Ĝenovo, Portoalegro, Florenco, Mumbajo, Saint-Denis.

Malcentra estraro kun kvar elektitaj respondeculoj (du viroj kaj du virinoj) same kvar vicprezidantoj, nacia konsilio kun kvindeko da elektitaj regionaj delegitoj kiuj kunsidas trifoje jare, memstara junulara organizo paralele funkcias - jen kiu direktas la Movadon dum tri jaroj - sed nur duona laborposteno ekzistas, tiu de ĵurnalistino Arielle Denis. Do ĉiunivele, paclaboro estas bonvolema. Tiel estas de la lasta nacia kongreso de Marsejlo en novembro 2002.

Tiuokaze, kun du grupoj de Pau kaj Parizo, mi proponis tekston. Unuvoĉe aprobis la kongreso la artikolon 47-an. Ĝi deziras disvolvi ĉion, kio malebligas lingvan superecon, ebligas vivon de malplimultaj lingvoj, faciligas proponojn pri neŭtrala lingvo kiel Esperanto. Estas nova celo, sed la ideo kreskos. Ekzemple, dum nia vojaĝo tra Kroatio kaj Bosnio en novembro 2003, niaj delegitoj eksciis pri Esperanto ĉiuokaze : en lernejoj, ekspozicioj, prelegoj, filmoj. Ni parolis pri facileco, oportuneco, supereco de Esperanto. ni volus, ke infanoj poŝte aŭ rete korespondu per Esperanto prefere al en anglaĉa lingvo. Nun estas nur projekto, ĉar neniu esperantisto loĝas en Tuzla kaj instruistoj ne ankoraŭ konvinkiĝis en la Ciotat. Sed ni pluos !

Tiuj interŝanĝoj kaj laboroj bazigas Manifeston 2000 de Unesko.

Unesko estas alorganizo de Unuiĝintaj Nacioj zorganta pri edukado kaj kulturo. En la jaro 2000, eta lando Bengladeŝo proponis Manifeston redaktitan de Nobelpremiitoj pri Paco. Ĉiu persono, kiu subskribas ĝin do alprenas ĝin, sin devontigas sin por :

- respekti ĉies vivojn,

- rifuzi perforton,

- liberigi sian larĝanimecon,

- aŭskulti por interkompreniĝi,

- ŝirmi la planedon,

- reinventi solidarecon,

Usono en UN kontraŭe voĉdonis, potencaj landoj detenis sin, sed ĉiuj ceteraj ŝtatoj elektis ĝin. Tiu manifesto tramonde proponiĝos ĝis 2010. Hodiaŭ 56 milionoj da homoj subskribis ĝin. Estas individua promeso, ne petskribo. Ĝi ankaŭ uziĝas kiel bazo por ĉie-a paca kaj neperforta edukado. Mi proponas al vi subskribi kiel samideanoj de regiona kongreso en San-Rafaelo lastmarte, ĉar mi rediras, ke E-Movado estas ankaŭ kunaganto de Unesko en tiu jardeko pri kulturo de paco, kiel Pacmovado.

Mi regule montras al miaj pacistaj amikoj, multajn artikolojn kaj afiŝojn el E-asocioj kaj gazetaro pri pacaj temoj. Ili miras. Eĉ mi trovis en gazeto de asocio Esperantista Federacio de Laboro" "le Travailleur Espérantiste" frazojn proponantajn abonon al nia nacia revuo "Batalo por Paco". Tial, mi bone esperas, ke Pacmovado kaj E-movado pli kaj pli interkonatiĝos kaj ekvidos kiel ili kunlaboros pri interkomunikado, harmonio en homaro.
"Ni aŭskultu por interkompreniĝi"
"Ni reinventu solidarecon"
esprimas Manifesto 2000 de Unesko. Ni uzu ĝin !

Roque d’Antheron


Tract du 1er Mai

Le premier mai à Pau, trois membres de FET ont distribué sur la manifestation du 1er mai, qui fut un succès avec 2000 participants un tract qui fut accueilli avec curiosité et interêt. Il reprend en grande partie des extraits de textes de SAT-Amikaro, qui sont disponibles sur son site internet.

Une exigence sociale :

la communication mondiale sans entraves linguistiques !

Aujourd’hui dix nouveaux pays entrent dans l’Europe. Ils apportent 9 nouvelles langues de travail.

Et des problèmes de traduction...

"La question linguistique ne fait pas l’objet de grands débats dans les instances communautaires, et pourtant elle constitue sans doute l’une des bombes à retardement les plus dangereuses pour la construction européenne. Car ce qui était valable à six, à neuf, voire à douze, devient un véritable casse-tête au-delà."

Bernard Cassen, Le Monde Diplomatique. Février 1993

Lorsque la Communauté Européenne avait neuf langues officielles, chaque mot traduit de l’une d’elles vers les huit autres coûtait 2 francs français. ("The European", 20-22.12.1991) 3 150 000 mots étaient alors traduits chaque jour. Le nombre des langues est passé à onze au 1er janvier 1995. Avec seulement deux langues en plus, le budget de la traduction a été augmenté de 40%.

Il importe de savoir que le nombre de combinaisons possibles, donc d’interprètes nécessaires pour la traduction simultanée, s’obtient par la multiplication du nombre de langues en présence par le nombre de langues vers lesquelles chacune d’elles doit être traduite, autrement dit, par exemple, 9x8, 10x9, etc. En conséquence, il faut 72 interprètes pour 9 langues, 90 pour 10, 110 pour 11, 132 pour 12, 156 pour 13, 182 pour 14, et déjà 210 pour 15. Et cela même s’il n’y a qu’un seul intervenant pour chacune des langues. De plus, il s’agit là d’un chiffre minimal, car les interprètes doivent être relayés très fréquemment en raison de la très grande tension nerveuse que provoque leur travail. L’ordre des mots n’étant pas le même dans toutes les langues, l’interprète peut être obligé d’attendre la fin d’une phrase avant de commencer à traduire oralement, tout en écoutant et en traduisant mentalement la phrase suivante.

... qui s’aggravent !

Avec les langues supplémentaires ce problème est devenu insoluble. Aussi, il est proposé de ne plus traduire dans toutes les langues. Reste le problème de savoir quelles langues ne seront pas langues de travail.

Mais, bien entendu, aucune nation ne veut que sa langue disparaisse ! De plus, on sait avec l’exemple de l’ONU que même si plusieurs langues de travail existent officiellement, dans les faits seul l’anglo-américain est utilisé.

Reste alors une seule solution qui soit acceptable par tous : l’utilisation d’une langue construite qui ne soit celle d’aucun pays, d’aucun peuple. L’Espéranto, en à peine plus d’un siècle d’existence a prouvé son efficacité pour les échanges internationaux dans tous les domaines. Beaucoup plus simple à apprendre que les langues nationales il sera mieux maîtrisé par tous, permettant de réels échanges de qualité.

Georges Kersaudy, ancien traducteur international, tirait cette conclusion : « La solution du bon sens consiste à recourir à l’Esperanto pour sauvegarder la position de toutes les langues nationales, faute de quoi on assistera au succès définitif de la tendance actuelle, c’est-à-dire de la suprématie d’une nouvelle variété de langue anglaise, le "conglish" ou continental english, le pidgin des Européens continentaux, ou créole des sous-anglophones du continent européen. [...]

Faute de disposer d’informations sérieuses sur la question, nos représentants à l’Union Européenne sont finalement amenés à proposer le maintien de la situation actuelle, en sachant bien qu’elle nous conduit irrémédiablement à la domination du "conglish" et à la décadence inévitable de toutes nos langues nationales, y compris l’anglais correct, déjà victime de l’usage qui en est fait couramment en Europe continentale et dans les quatre autres continents. Si l’on en croit les instances officielles, il faut nous résigner à cette situation pitoyable et à cette évolution catastrophique vers le crépuscule et l’anéantissement des langues et des cultures de l’Europe. »

Aujourd’hui un nombre de plus en plus important de parlementaires et de citoyens de différents pays reconnaissent dans l’Espéranto une solution au problème de la communication internationale.

Alia Mondo eblas... per alia lingvo !

(un autre monde est possible au moyen d’une autre langue)

Syndicalisme sans frontières

Apparemment pratique, le choix d’une seule langue nationale de grande diffusion serait discriminatoire. Il accorderait un privilège démesuré aux seuls pays dont la langue serait déjà officialisée. L’utilisation de l’anglais impose déjà un modèle anglo-américain de société au monde entier. Bien plus qu’une langue internationale, il est l’instrument d’une satellisation tranquille et insidieuse, d’une manière de voir, de vivre, de penser et de ressentir qui va à l’encontre des besoins et des intérêts des autres peuples. Quand au multilinguisme généralisé, il ne résout pas le problème de la communication internationale.

Déjà excessivement lourd, coûteux et malcommode pour les organismes internationaux, le recours aux services d’interprétation se révèle encore plus inadapté dans les réunions et rencontres internationales entre les travailleurs et les militants syndicalistes ou associatifs.

Ainsi, le 12 octobre 1991, c’est précisément l’organe de la FGTB, Syndicats, qui avait déjà dressé ce tableau d’une conférence syndicale européenne : "Réunir 650 délégués de 25 multinationales européennes de 21 pays d’Europe n’est pas une mince affaire. C’est ce qu’a pu constater la CES (Confédération Européenne des Syndicats) ces 26 et 27 septembre à Maastricht. Une salle énorme, l’installation de traduction... et toute une armée d’interprètes pour assurer la traduction simultanée en néerlandais, français, allemand, espagnol, italien ou anglais... Plus européen n’existe pas et cela donne tout de suite une idée concrète des problèmes pratiques qu’aura à résoudre le Conseil d’entreprise européen s’il veut faire face à l’internationalisation de plus en plus poussée de l’économie. »

Le Gutenberg (30 janvier 1992), organe hebdomadaire du Syndicat du Livre et du Papier de Suisse Romande a pour sa part rappelé d’autres aspects du problème avant de donner quelques informations sur l’espéranto : "Le recours aux services d’interprétation, déjà excessivement lourd, coûteux et malcommode pour les organismes internationaux (Unesco, ONU, CEE, etc.), se révèle insatisfaisant lors des réunions syndicalistes internationales. Tout militant intéressé par l’intervention de tel ou tel délégué ne peut s’adresser à lui sans intermédiaire, par exemple lors des pauses ou des repas. Les relations suivies sont ainsi très limitées. Le courrier reçu dans une langue étrangère exige d’être traduit, de même que la réponse. Toute action coordonnée est ainsi entravée par des tâches purement bureaucratiques. Le budget de l’organisation est lui-même amputé pour réaliser une semblant de communication."

Dans "Libération" (23 avril 2001), dans un article intitulé "L’eurosyndicalisme balbutiant", Muriel Gremillet et Thomas Lebègue signalaient que quelque 600 comités d’entreprise européens avaient du mal à jouer pleinement leur rôle contre des projets de délocalisation ou de fermeture de sites. La barrière des langues, que certains considèrent comme inexistante ou sans conséquences, ou même comme une vue de l’esprit, apparaît dans toute sa réalité : "les syndicalistes qui y siègent ne parlent pas la même langue et passent leur temps à courir derrière les interprètes pendant les réunions préparatoires. "De toutes façons, ça ne facilite pas vraiment la tâche, explique la fédération agroalimentaire de la CGC. On est sous un casque, à écouter des phrases qui ont parfois été traduites trois ou quatre fois. C’est difficile dans ces conditions d’être subtil."

On pourrait, peut-être, en revenir au bon sens du congrès de 1906 de la CGT réuni à Amiens qui avait adopté la motion suivante :

« Le Congrès : Considérant que l’émancipation intégrale des travailleurs ne peut s’opérer qu’internationalement mais que les différences de langage sont une entrave matérielle et presque insurmontable à l’entente des prolétaires de tous les pays :

Constatant l’extrême facilité d’apprentissage de la langue Espéranto et les éminents services qu’elle est appelée à rendre à la classe ouvrière organisée nationalement et internationalement : Pour ces motifs : Le IVème Congrès Confédéral invite les secrétaires de Fédérations Nationales, de Bourses du Travail, de syndicats ouvriers et les militants desdites organisations, à faire la plus active propagande pour l’étude, la pratique et l’extension de la langue internationale Espéranto et à créer, partout où ce sera possible, des cours du soir pour tous les travailleurs. »


Rencontre avec Gilles Lemaire

Suite à la rencontre avec les Verts le 13 février 2004, voici la lettre adressée par Claude Longue Epée à Gilles Lemaire.

Je vous remercie très vivement pour l’accueil que vous nous avez réservé, en vos bureaux et avec Monsieur Roch Julien de la commission "Espéranto" des Verts, à Monsieur Vincent Charlot et à moi-même du Conseil d’Espéranto-France. Je vous remercie pour l’attention et la compréhension que vous avez portées à nos exposés.

Outre un certain nombre de dépliants, de brochures et de revues édités par notre association, nous vous avons remis et commenté les documents qui étaient joints à notre lettre du 4 juillet 2003. Il s’agit en particulier : 1) de la "Déclaration d’Espéranto-France" concernant la sauvegarde en Europe de la diversité culturelle et linguistique et de l’égalité des droits des langues ; 2) de la "Charte" que nous proposons aux partis, à inclure en tout ou en partie dans leur programme politique. Cette Charte concerne la défense d’un multilinguisme authentique et la promotion de l’espéranto comme barrage neutre et efficace à tout risque d’hégémonie et de discrimination linguistique. Elle mentionne le soutien à deux propositions d’expérimentations dûment contrôlées et mesurées, d’une part d’utilisation de l’espéranto comme langue-relais dans les débats et comptes rendus du Parlement européen, d’autre part comme outil de propédeutique pour l’enseignement des langues étrangères dans le système éducatif des états européens.

Vous avez bien noté que nous sollicitons, non seulement une déclaration de soutien à l’espéranto, mais également une adhésion explicite à nos propositions concrètes d’expérimentations. Vous avez bien noté le pragmatisme de nos propositions en même temps que la modestie du coût de leur mise en application. Vous nous avez précisé que vous demanderiez clairement de prendre les articles de la Charte ci-dessus en considération dans ses débats, à la commission chargée chez les Verts de l’élaboration du programme politique.

Monsieur Roch Julien a expliqué et souligné les difficultés qu’il y a à convaincre une élite parfaitement bilingue ou trilingue du fait qu’il existe un vrai problème des langues pour accéder à une vraie intercommunication des hommes. Il montre que ce préalable de convaincre est indispensable, avant même de montrer tous les avantages de la solution "espéranto". Il prépare dans ce but un dossier circonstancié en vue de persuader les spécialistes des Verts. Et nous le remercions pour ce travail.

Monsieur Roch Julien et moi-même avons rappelé l’appui qu’ont apporté à nos démarches pour l’espéranto plusieurs députés Verts du Parlement européen, tels que Gérard Onesta vice-président, par leurs déclarations, leurs articles et leurs interventions et propositions dans les débats officiels. Nous les remercions à nouveau et nous espérons qu’ils pourront continuer leur action dans le nouveau Parlement.

Monsieur Vincent Charlot a rappelé, au sujet de l’évolution de l’espéranto dans le monde politique : 1) les dernières propositions de loi faites à l’Assemblée nationale, par les socialistes en 1979 et par les communistes en 1995 / 97 ; 2) les résolutions adoptées par les Verts à Marseille en 1990 ; 3) la lettre très favorable du candidat Chirac en 2002 ; 4) les réponses négatives du gouvernement faites depuis 2002 à de nombreuses questions écrites de divers députés. Il a souligné, en conséquence de ces déclarations d’intention non suivies d’effet, une certaine circonspection négative du monde espérantophone vis-à-vis du monde politique. Il a souligné combien serait bienvenu un engagement positif des Verts sur des propositions concrètes, en particulier par exemple à l’occasion de la rencontre des Verts européens programmé courant février.

De ce point de vue, vous avez vous-même insisté plusieurs fois sur une certaine communauté d’éthique humaniste qui existe entre les Verts et les espérantistes.

Répondant à vos questions précises sur notre proposition d’expérimentation, plus particulièrement de langue-pont, nous sommes bien tous tombés d’accord sur le peu de fiabilité des traductions actuelles simultanées - directes ou a fortiori avec langue relais. Et je vous ai expliqué, appuyé par les remarques et les démonstrations de Monsieur Roch Julien, que j’avais entière confiance dans un processus d’utilisation de l’espéranto comme langue-relais.... A condition bien entendu qu’on consente à lancer l’expérimentation que nous sollicitons, ce qui ne peut être au début que sur une échelle limitée.

Nous sommes convenus de nous rencontrer à nouveau avant juin 2004, pour faire le point.

Monsieur Roch Julien va m’adresser la liste des différents "têtes de listes Verts" dans les 7 régions électorales de la métropole avec leurs adresses et leurs régions de campagne. J’ai noté avec plaisir que la plupart des noms que vous m’avez donnés sont ceux de députés européens actuels avec qui je corresponds régulièrement et qui ont déclaré et démontré leur soutien à l’espéranto.

Avec mes sentiments distingués, Claude Longue-Epée


Recommandation de l’UNESCO

Recommandation de la Conférence Générale (8ème session) adoptée en décembre 1954 à Montevideo (Uruguay)

La Conférence Générale,
- Note les résultats obtenus par l’espéranto sur le terrain des échanges intellectuels internationaux et pour le rapprochement des peuples ;
- Constate que ces résultats répondent aux buts et aux idéaux de l’U.N.E.S.C.O. ;
- Charge le Directeur Général de s’intéresser davantage aux expériences que présente l’utilisation de l’espéranto dans l’éducation, la science et la culture, et de collaborer dans ce sens avec l’Association Universelle d’Espéranto, en toutes les affaires qui intéressent les deux organisations ;
- Note que plusieurs Etats-membres ont déclaré être prêts à introduire ou à développer l’instruction de l’espéranto dans leurs écoles élémentaires ou supérieures, et invite ces Etats-membres à informer le Directeur Général des résultats obtenus dans ce domaine.


Recommandation de la Conférence Générale (23ème session) adoptée le 8 novembre 1985 à Sofia

La Conférence Générale, * Considérant qu’à sa session de 1954, tenue à Montevideo, elle avait, par sa résolution IV.1.4.422-4224, pris note des résultats obtenus au moyen de cette langue internationale qu’est l’espéranto sur le plan des échanges intellectuels internationaux et de la compréhension mutuelle entre les peuples du monde, et reconnu qu’ils allaient dans le sens des objectifs et idéaux de l’Unesco, * Rappelant que l’espéranto a depuis lors beaucoup progressé en tant qu’instrument de la compréhension mutuelle entre les peuples et cultures de pays différents, en pénétrant dans la plupart des régions du monde et la plupart des activités humaines, * Reconnaissant les grandes possibilités qu’offre l’espéranto pour la compréhension internationale et la communication entre peuples de différentes nationalités, * Notant la très importante contribution du mouvement espérantiste, et en particulier de l’Association universelle d’espéranto à la diffusion d’informations sur les activités de l’Unesco, ainsi que sa participation à ces activités, * Tenant compte du fait qu’en 1987 sera célébré le centenaire de la création de l’espéranto,

1. Présente ses félicitations au mouvement espérantiste à l’occasion de son centième anniversaire ;
2. Prie le Directeur général de continuer à suivre avec attention le développement de l’espéranto comme moyen d’améliorer la compréhension entre nations et cultures différentes ;
3. Invite les Etats membres à marquer le centenaire de l’espéranto par des dispositions appropriées, déclarations, émissions spéciales de timbres-poste et autres, et à promouvoir l’introduction d’un programme d’études sur le problème des langues et sur l’espéranto dans leurs écoles et leurs établissements d’enseignement supérieur ;
4. Recommande aux organisations internationales non gouvernementales de s’associer à la célébration du centenaire de l’espéranto et d’étudier la possibilité d’utiliser l’espéranto comme moyen de diffuser parmi leurs membres toutes sortes d’informations, y compris sur les activités de l’Unesco.


Propositions de lois relatives à l’enseignement de l’Espéranto


- 1975. Proposition de loi n° 1667 "tendant à inclure la langue internationale Espéranto dans l’enseignement secondaire comme langue facultative" (enregistrée le 16 mai 1975 à la présidence de l’Assemblée nationale). Présentée par MM. Mexandeau, Bayou, Bastide, Frêche, Sénès, Vivien et les membres du Parti socialiste et les Radicaux de gauche et apparentés.

- 1979. Proposition de loi n° 1550 "tendant à inclure la langue internationale Espéranto dans l’enseignement secondaire et l’enseignement supérieur comme langue à option" (enregistrée le 19 décembre 1979 à la présidence de l’Assemblée nationale), présentée par MM. Laurain, Boucheron, Marchand, Madrelle, Pourchon, Rocard, Vivien et les membres du groupe socialiste et apparentés.

- 1980. Proposition de loi n° 67 "tendant à inclure l’Espéranto comme langue à option dans les matières d’enseignement secondaire et d’enseignement supérieur", présentée par le sénateur Palmero (4 novembre 1980).

- 1988. Proposition de loi n° 1246 "tendant à introduire l’espéranto comme langue à option dans le cursus scolaire et universitaire" (enregistrée à la Présidence de l’Assemblée nationale le 24 février 1988), présentée par M. Jean Roatta, député.

- 1995. Proposition de loi n° 2289 "relative à l’enseignement de l’espéranto" (enregistrée à la Présidence de l’Assemblée nationale le 13 octobre 1995), présentée par le groupe communiste.

- 1996. Proposition de loi n° 485 "relative à l’enseignement de l’espéranto" (enregistrée à la Présidence du Sénat le 10 juillet 1996), présentée par le groupe communiste.

- 1997. Proposition de loi n° 180 "relative à l’enseignement de l’espéranto" (enregistrée à la Présidence de l’Assemblée nationale le 20 août 1997), présentée par le groupe communiste.


Compte-rendu de notre réunion avec Pierre Forgues le mercredi 4 février 2004

Protokolo pri nia kunveno kun Pierre Forgues merkredon, la 4-an de februaro 2004

Mercredi 4 février 2004 de 16H30 à 17H30, Pierre Forgues, député socialiste des Hautes-Pyrénées et Muriel Forgues, son assistante parlementaire, ont reçu à l’Assemblée Nationale, une délégation d’Espéranto-France composée de Claude Longue-Épée, Président d’Espéranto-France, membre du comité de l’EEU (Union Espérantiste Européenne), Vincent Charlot, membre du comité d’Espéranto-France et représentant de l’UEA (Association Universelle d’espéranto) à l’UNESCO, et Axel Rousseau, représentant d’Espéranto-Jeunes (JEFO). Pierre Forgues est député depuis1979, est constamment réélu dans sa circonscription de Tarbes et conseiller régional de la région "Midi-Pyrénées". Ils avaient apporté la méthode Assimil et le lexique de Michel Duc-Goninaz, qu’ils ont achetés à la FNAC. Claude Longue-Épée présente notre délégation et félicite à nouveau Pierre Forgues de son intervention du 6 janvier 2004 au cours du débat sur la "Diversité linguistique dans l’Union Européenne", qui correspondait totalement à nos propres analyses (1). Notre délégation est prête à répondre aux questions et à informer sur nos buts et nos actions. Pierre Forgues nous félicite d’abord d’avoir si bien suivi les travaux parlementaires et nous fait part de son sentiment sur la situation linguistique actuelle dans l’Union européenne. Il explique qu’il s’oppose entièrement à l’hégémonie linguistique et à l’imposition de la langue anglaise comme outil de communication internationale, mais ne cache pas son pessimisme et son quasi-désespoir face à la situation actuelle.

Il nous indique qu’il n’a jamais reçu de tout son mandat (de 1978 à maintenant) une seule demande d’Espérantiste et se désespérait de pouvoir les contacter. Il a conscience de notre faiblesse et c’est pourquoi il souligne la difficulté de notre tâche. Il nous conseille de faire du bruit, grand bruit auprès de tous les états-majors politiques. Claude Longue-Épée et Vincent Charlot informent de nos campagnes auprès des politiques, qu’Espéranto-France a initiées à partir de 1995 :
- Contacts avec les états-major politiques des partis démocratiques : PS, PCF, Verts, UMP etc... avec des résultats :
- Propositions de loi du PCF en 1995, 1996 et 1997, une commission "Espéranto" chez les Verts, lettre favorable de Jacques Chirac,
- Contacts au parlement Européen et réponses favorables d’une vingtaine d’eurodéputés français (sur 87) (et une centaine dans toute l’Union Européenne).
- notre campagne actuelle vers les partis et les listes pour l’élection européenne. Plus précisément sur le Parti Socialiste : Vincent Charlot a apporté la proposition de loi présentée en 1979 par le groupe socialiste ( avec également les radicaux de gauche). Pierre Forgues a immédiatement fait photocopier le document. Nous avons souligné que depuis de nouveaux événements ont eu lieu (la résolution de l’UNESCO en 1985 et la venue d’Internet). Vincent Charlot a montré la désillusion des espérantiste, vu que les socialistes n’ont pas tenu leur promesse.

Il termine, en disant que depuis six mois, nous attendons vainement une rencontre avec Harlem Désir, pourtant favorable à l’Espéranto et chargé par François Hollande de nous recevoir.

Pierre Forgues comprend notre désillusion et critique un peu notre silence. Il insiste pour que nous écrivions de nouveau et que nous persistions dans nos efforts pour ce rendez-vous. Il est prêt à nous aider. Notre délégation a répondu ensuite aux questions sur la langue de Pierre Forgues et de son assistante parlementaire.

Axel Rousseau montre la richesse de notre vocabulaire grâce au système de l’agglutination. Il répond à la question sur le risque de dialectisation de l’Espéranto et souligne la constance de la langue et son évolution. C’est pourquoi, tous se comprennent dans nos événements. Il souligne aussi la diffusion de l’Espéranto par internet, moyen très utilisé chez les Espérantistes. Claude Longue-Épée ajoute que nous ne souhaitons absolument pas imposer l’Espéranto à tous et contre les autres langues (Il parle du reste le picard et apprécie que Pierre Forgues s’intéresse au gascon. Pierre Forgues répond, qu’un de ses collègues du PS parle parfaitement le picard.), mais que nous demandons une étude loyale de l’espéranto et une expérimentation dans quelques collèges et lycées. Il avait souligné auparavant que nous n’aurions pas les forces nécessaires pour le faire à grande échelle.

Claude Longue-Épée offre à Pierre Forgues des dépliants d’information d’Espéranto France, un ouvrage , les deux derniers numéros de "Le Monde de l’Espéranto", et explique trois autres textes qu’il donne : "La charte de Grésillon", la pétition aux parlementaires européens et une déclaration d’EEU (Union Espérantiste Européenne. Muriel Forgues regrette que nous lui n’ayons pas donné les textes en Espéranto et Pierre Forgues a souhaité également entendre de l’espéranto. Il est convenu de rester en contact par internet sur lequel veille Muriel.


Esperanto

Merkredon la 4-an de februaro 2004 ekde la 16H30 ĝis la 17H30 Pierre Forgues, socialista deputito de Altaj Pireneoj kaj Muriel Forgues, lia parlamenta helpantino akceptis en Nacia Asembleo delegacion de Espéranto-France konsistantan el Claude Longue-Épée, Prezidanto de Espéranto -France, Komitatano de EEU, Vincent Charlot, komitatano de Espéranto-France kaj reprezentanto de UEA ĉe Unesko, kaj Axel Rousseau, vicprezidanto de Espéranto-Jeunes (JEFO).

Pierre Forgues estas deputito de 1979 kaj konstante reelektiĝis en sia distrikto Tarbes kaj regiona konsilanto en regiono "Midi-Pyrénées" (Sudo-Pireneoj).

Ili alportis asimilmetodon kaj leksikon de Michel Duc-Goninaz, kiujn ili aĉetis en FNAC.

Claude Longue-Épée prezentas nian delegacion kaj regratulas al Pierre Forgues pro lia interveno de la 6-a de januaro en debato pri "Lingva diverseco en Eŭropa Unio", kiu tute kongruas kun niaj propraj analizoj (1).

Pierre Forgues unue gratulas nin, ke ni sekvis tiel bone la parlamentajn laborojn kaj indikas sian senton pri la nuna lingva situacio en Eŭropa Unio.

Li klarigas, ke li tute kontraŭas lingvan hegemonion kaj trudon de la angla lingvo kiel internacia komunikilo, sed ne kaŝas siajn pesimismon kaj preskaŭ malesperon pri la nuna situacio.

Li indikas al ni, ke li neniam ricevis dum sia tuta mandato (1978 ĝis nun) iun peton de Esperantistoj kaj malesperis iam povi kontaktiĝi kun ili. Li konscias pri nia malforteco kaj tial substrekas la malfacilon de nia tasko. Li konsilas, ke ni bruu, eĉ bruegu ĉe ĉiuj politikaj staboj.

Claude Longue-Épée kaj Vincent Charlot informas pri niaj kampanjoj al politikistoj, kiun UFE starigis de 1995 :
- kontaktoj kun politikaj staboj de demokratiaj partioj : SP, FKP, Verduloj, UMP ktp... kun rezultoj :
- Leĝpropono de FKP en 1995, 1996 kaj 1997, Komisiono "Esperanto" ĉe la verduloj, favora letero de Jacques Chirac,

- kontaktoj ĉe Eŭropa Parlamento kaj favoraj respondoj de dudeko da francaj eŭrodeputitoj (el 87) (kaj cento en tuta Eŭropa Unio).
- nia nuna kampanjo al politikaj staboj kaj listoj dum kaj post eŭropa voĉdonado. Pli precize pri Socialista partio : Vincent Charlot alportis la leĝproponon prezentitan en 1979 de la socialista grupo (ankaù kun maldekstraj Radikaluloj). Pierre Forgues tuj fotokopiigis ĝin. Ni substrekis, ke de tiam okazis novaj eventoj (Rezolucio de Unesko en 1985 kaj alveno de Interreto]. Vincent Charlot montris la maliluziiĝon de esperantistaro, ĉar la socialistoj ne plenumis tiam sian promeson. Li finas, rakontante ke de ses monatoj ni atendas vane renkontiĝon kun Harlem Désir, tamen favora al Esperanto kaj komisiita de François Hollande akcepti nin. Pierre Forgues komprenas nian seniluziiĝon kaj fakte kritiketas nian silenton. Li insistas, ke ni denove skribu kaj persiste klopodu pri tiu rendevuo. Li pretas helpi en la afero. Nia delegacio respondis poste al prilingvaj demandoj de Pierre Forgues kaj de lia parlamenta helpantino. Axel Rousseau montras la riĉecon de nia vortprovizo dank’al aglutina sistemo. Li respondas al demando pri risko de dialektiĝo de Esperanto kaj substrekas samtempan konstantecon kaj evoluon de nia lingvo. Tial ĉiuj interkompreniĝas en niaj aranĝoj.

Li ankaŭ substrekas la disvastiĝon de Esperanto per la reto, rimedo tre uzata ĉe esperantistoj. Claude Longue-Épée aldonas, ke ni absolute ne deziras trudon de Esperanto al ĉiuj kaj kontraŭ la ceteraj lingvoj (Li cetere parolas la Pikardan lingvon kaj aprezas, ke Pierre Forgues interesiĝas pri gaskona. Pierre Forgues respondas, ke iu el liaj kolegoj de SP perfekte parolas la Pikardan), sed ke ni petas lojalan esploradon pri Esperanto kaj eksperimentadon en kelkaj kolegioj kaj liceoj. Li substrekis antaŭe ke ni ne havus la necesajn fortojn por tion fari grandskale.

Claude Longue-Épée donas al Pierre Forgues informilojn de "Espéranto-France", libron, la du lastajn numerojn de "Le Monde de l’Espéranto", kaj klarigas pri tri aliaj tekstoj, kiujn li donas : "Ĉarto-n de Grezijono", peticion al eŭropaj deputitoj kaj deklaracion de EEU. Muriel bedaŭras, ke ni ne donis la tekstojn ankaŭ en Esperanto kaj Pierre Forgues deziris aŭdi ion en Esperanto. Estas interkonsentite, ke ni interinformu per retmesaĝoj, pri kiuj Muriel zorgas.


Compte-Rendu de la réunion entre le Parti Socialiste et une délégation espérantophone le mardi 24 Février 2004

Mardi 24 février, au siège du Parti Socialiste, a eu lieu une réunion entre Harlem Désir, Député européen et responsable de l’Europe au Parti Socialiste et une délégation du mouvement espéranto composée de Claude Longue-Épée, Président d’Espéranto-France et membre du Comité d’EEU (Union Européenne Espérantiste), Philippe Bérizzi, Président de la fédération francilienne d’Espéranto-France et représentant de l’UEA (Association Universelle d’Espéranto) à l’UNESCO et Vincent Charlot, membre du comité d’Espéranto-France et également représentant de l’UEA à l’UNESCO. La réunion a duré trois quarts d’heure entre 11H00 et 11H45.

Après présentation de notre délégation par Vincent Charlot, Claude Longue-Épée transmet la charte proposée par Espéranto-rance aux partis politiques démocratiques pour qu’ils puissent l’intégrer totalement ou pour une partie dans leurs programmes. Il insiste sur notre pragmatisme.

Philippe Bérizzi met l’accent sur la situation linguistique de l’Europe actuelle et future qui se dirige de plus en plus vers le monolinguisme (de l’anglais) comme langue européenne alors l’Espéranto est une langue-pont adaptée, non-hégémonique et neutre.

Harlem Désir souligne qu’un problème permanent en Europe concernant les langues des nouveaux états de l’Europe, les langues minoritaires et régionales est maintenant leur coût. Il y a également problème jusqu’à où aller dans la reconnaissance des langues régionales (par exemple, faut-il juger en breton en Bretagne ?). Le principal obstacle pour l’espéranto est qu’on le voit comme un nouveau concurrent et surtout un coût supplémentaire. Il souhaite savoir l’état actuel du mouvement Espérantophone.

Vincent Charlot indique que si le mouvement espérantophone n’est pas nombreux dans chaque pays, il agit dans de multiples pays (plus de 100). Philippe Bérizzi souligne le rôle fondamental de l’internet pour notre mouvement qui a repris vigueur grâce à internet.

Philippe Bérizzi montre d’abord la différence fondamentale entre une langue régionale et l’espéranto. Il insiste sur les qualités spécifiques de l’Espéranto qui n’exige pas la disparition des cultures et langues. Comme chef d’entreprise, il peut l’utiliser comme langue intermédiaire sur son domaine de travail à un prix bien inférieur. Il insiste finalement comme Vincent Charlot sur la valeur propédeutique de l’Espéranto.

Harlem Désir souhaiterait connaître nos contacts avec les partis politiques.

Vincent Charlot rappelle d’abord les propositions de loi du groupe socialiste en 1975 et en 1979 à l’Assemblée nationale et la lettre de François Mitterrand entre les deux tours de 1981 et la désillusion postérieure des espérantophones. Nous venons de rendre visite à Pierre Forgues, député socialiste.

Les Verts ont une commission Espéranto depuis plus de 10 ans et ont introduit une résolution favorable à l’Espéranto dans leur programme d’alors. Nous venons de rencontrer Gilles Lemaire.

Le Parti Communiste Français a déposé une proposition de loi en 1995 et 1997 à l’Assemblée Nationale et en 1996 au Sénat. Nous avons rendu visite au Parti Radical de Gauche ainsi qu’au Parti Radical (Valoisien). Avant le deuxième tour de 2002, Jacques Chirac a écrit une lettre très favorable et nous avions alors rencontré Jacques Toubon avant le vote. Ces promesses sont restées lettres mortes. Nos avons également mentionné nos contacts avec les eurodéputés. Il a brossé ensuite une brève histoire des contacts du Mouvement Espérantophone et de la politique.

Harlem Désir souhaite recevoir des documents sur ces éléments. Nous satisferons cette demande. Il souligne que l’un des acquis du gouvernement Jospin est que le Parti Socialiste ne promet plus sans être certain de tenir ce genre de promesses.

Claude Longue-Épée souligne notre pragmatisme et insiste sur notre demande d’expérimentation. Harlem Désir propose que nous prolongions notre rencontre d’aujourd’hui par un nouveau rendez-vous en mai dans lequel nous pourrons de nouveau discuter d’avancées concrètes.

Claude Longue-Épée offre à Harlem Désir un dossier contenant des documents d’Espéranto-France, des numéros de "Le Monde de l’Espéranto et quelques dépliants.


Esperanto

Mardon, la 24-an de februaro en la sidejo de Socialista Partio okazis kunveno inter Harlem Désir, eŭropa deputito kaj respondeculo pri Eŭropo en Socialista Partio, kaj E-delegacio konsistanta el Claude Longue-Épée, Prezidanto de UFE kaj komitatano de EEU, Philippe Bérizzi, Prezidanto de Francilia Federacio kaj reprezentanto de UEA ĉe Unesko kaj Vincent Charlot, komitatano de UFE kaj reprezentanto de UEA ĉe Unesko. La kunveno daŭris tri kvaronhorojn inter la 11H00 kaj la 11H45.

Post prezentado de nia delegacio far Vincent Charlot, Claude Longue-Épée transdonas la ĉarton proponitan de UFE al demokratiaj Politikaj partioj, por ke ili povu enigi ĝin aŭ parton de ĝi en siajn programojn. Li insistas pri nia pragmatismo.

Philippe Bérizzi insistas pri la lingva situacio de nuna kaj estonta Eŭropo, kiu pli kaj pli direktas sin al unulingveco (la angla) kiel eŭropa lingvo dum Esperanto estas taŭga, nehegemonia, neŭtrala pontolingvo.

Harlem Désir substrekas, ke konstanta problemo en EU pri lingvoj de novaj EU-ŝtatoj, minoritataj kaj regionaj lingvoj estas nun ilia kosto. Ankaŭ problemas, ĝis kie iri en agnoskado de regionaj lingvoj (ekzemple ĉu juĝi en la bretona en Bretonio ?). La ĉefa obstaklo por Esperanto estas, ke oni vidas ĝin kiel novan konkurenton kaj precipe aldonan koston. Li deziras scii pri la nuna stato de E-Movado.

Vincent Charlot indikas, ke se la E-Movado ne multas en ĉiu lando, ĝi agadas en multegaj landoj (pli ol cent). Philippe Bérizzi substrekas la fundamentan rolon de la Reto por nia E-Movado, kiu tute revigliĝis dank’al interreto.

Philippe Bérizzi unue montras la fundamentan diferencon inter regiona lingvo kaj Esperanto. Li insistas pri specifaj kvalitoj de Esperanto, kiu ne postulas malaperon de etnaj kulturoj kaj lingvoj. Kiel entreprenestro, li povas uzi ĝin kiel peran lingvon en sia laborkampo je multe malpli da kosto. Li fine insistas kiel Vincent Charlot pri propedeŭtika valoro de Esperanto.

Harlem Désir dezirus scii pri niaj kontaktoj kun politikaj partioj.

Vincent Charlot memorigas unue la leĝproponojn de Socialista Grupo en 1975 kaj 1979 en Nacia Asembleo kaj la leteron de François Mitterrand inter la du balotoj de 1981 kaj la postan seniluziiĝon de la esperantistaro. Ni ĵus vizitis Pierre Forgues, socialistan deputiton. La Verduloj starigis E-komisionon de pli ol dek jaroj kaj iam enigis rezolucion favoran al Esperanto en sian programon. Ni ĵus vizitis Gilles Lemaire. Franca Komunista Partio deponis leĝproponojn en 1995 kaj 1997 en Nacia Asembleo, en 1996 en Senato... Ni vizitis Maldekstran Radikalan Partion kaj Radikalan Partion. Antaŭ la rebaloto de 2002, Jacques Chirac skribis tre favoran leteron kaj ni renkontiĝis kun Jacques Toubon antaŭ tiu rebaloto. Restis tiuj promesoj tute ne plenumitaj. Ni ankaŭ menciis niajn kontaktojn kun eŭrodeputitoj. Li skizas poste historion pri kontaktoj de E-Movado kaj politiko.

Harlem Désir deziras ricevi dokumentojn pri ĉi-tiuj aferoj. Ni notas tiun peton kaj plenumos ĝin. Li substrekas, ke unu el la akiraĵoj de Jospin-a registaro estas, ke Socialista Partio ne plu promesas sen certi pri plenumado de tiaj promesoj.

Claude Longue-Épée substrekas nian pragmatismon kaj insistas pri nia peto starigi eksperimentadon.

Harlem Désir proponas, ke ni plidaŭrigos nian hodiaŭan renkontiĝon per nova rendevuo en majo, en kiu ni povos denove diskuti pri konkretaj antaŭeniroj.

Claude Longue-Épée donas al Harlem Désir dosieron enhavantan dokumentojn de Espéranto-France, numerojn de "Le Monde de l’Espéranto kaj kelkajn reklamilojn.


Editorial : Élections européennes et Espéranto

Eŭropa voĉdono kaj Esperanto

Depuis plus d’une année et demi, des amis espérantistes se sont regroupés pour présenter des listes de candidats aux prochaines élections européennes, exprimant des motivations fort diverses.

Dès le début de cette initiative, la FET avait exprimé, comme Espéranto-France d’ailleurs, ses doutes. Mais nous nous sommes tenus au silence, ne voulant pas froisser ceux qui incontestablement ne voulaient que du bien pour notre cause.

Aujourd’hui et sans animosité à l’égard de quiconque, bien que certains se soient permis des attitudes "inamicales" à notre endroit, nous tenons à réaffirmer quelques principes qui fondent notre action :
- Notre combat pour l’Espéranto est lié à notre conviction qu’il est nécessaire d’aider les forces progressistes dans leur lutte pour arriver à une société plus juste et plus fraternelle, à l’inverse du libéralisme mondialisé grâce à une communication internationale libérée des chaînes de l’hégémonie et de la dépendance culturelle.
- Nous ne voulons en aucune manière remplacer ces forces et créer un mouvement politique et idéologique distinct qui dépenserait un argent considérable pour un résultat dérisoire, alors que notre mouvement espérantophone en a tant besoin.

C’est pourquoi la FET appuie sans restriction, l’ayant déjà initiée, l’action tenace et persévérante d’Espéranto-France envers les parti politiques démocratiques, seul chemin qui nous permette une officialisation de l’Espéranto dans le système éducatif français et européen.


Esperanto

De jaro kaj duono, samideanoj ariĝis por prezenti kandidatlistojn al venonta eŭropa voĉdonado, surbaze de tre malsamaj motivoj.

Ekde komenco de tiu iniciato, FET-Komitato esprimis, kiel Espéranto-France, siajn dubojn. Sed ni mutis, dezirante ne ofendi tiujn, kiuj nekontesteble volis nur bonon por nia afero.

Hodiaŭ kaj sen incito al iu ajn, kvankam iuj kondutis iom malamike al ni, ni deziras reaserti kelkajn principojn fondantajn nian agadon :

- Nia batalo por Esperanto ligiĝas al nia konvinko ke necesas helpi progresemajn fortojn en sia lukto por alveni al pli justa kaj frateca socio, male tutmondiĝantan liberalismon, dank’al internacia komunikado senigita de ĉenoj de kulturaj hegemonio kaj dependeco.

- Ni neniel deziras anstataŭigi tiujn fortojn kaj krei apartan politikan kaj ideologian movadon, kiu elspezigus multan monon por mizera rezulto, dum nia E-movado tiom bezonas.

Tial, FET senrezerve apogas, jam inicinte ĝin, teneman kaj senlacan agadon de Esperanto-France al demokratiaj politikaj partioj, ununuran vojon ebligantan oficialigon de Esperanto en franca kaj eŭropa eduksistemo.


Actualités précédentes :
Fédération Espérantiste du Travail
115 rue Béranger F-92320 Chatillon