Un succès qui nous encourage


Pour une fois, nous dérogerons à la règle que notre éditorial soit en Espéranto puisque nous enverrons ce numéro du "Travailleur Espérantiste" aux amis qui ont bien voulu visiter notre stand à la Fête de l’Humanité.

Dire que nous sommes satisfaits et heureux de ces trois jours traduit l’exacte vérité ! Déjà, ce qui est traditionnellement le grand souci avait miraculeusement disparu, je veux dire la pluie !

Notre stand, idéalement placé, à deux pas du "village du monde", et à trois enjambées de l’entrée principale de la Fête, ne souffrait pas trop du bruit, même si notre débat en a quand même souffert !

Le soutien de multiples amis et notamment de notre association-partenaire "Espéranto-Jeunes" a permis de faire du stand à la fois un lieu de discussions nourries avec le public et un rendez-vous très convivial des amis espérantophones. C’est cette jonction réussie qui a permis d’avoir un résultat à la mesure de nos espoirs. Des centaines de dépliants donnés, plus d’une centaine d’adresses internet ou postales recueillies, un bilan financier positif que ce soit du côté des livres ou objets (T-shirts, C.D., etc....) ou du côté des crêpes et cidre.

Nous sommes satisfaits que la FET ait pu réunir à la Fête de l’Humanité une grande partie des associations espérantophones. Notre débat regroupait le président d’Espéranto-France, le Secrétaire Général de l’Association SAT, Espéranto-Jeunes, autour de Michel Duc-Goninaz qui a présenté le nouveau PIV ("Plena Ilustita Vortaro" - Dictionnaire Complet d’Espéranto) qui vient de sortir. Certains ont fait remarquer avec raison que le bruit d’un stand voisin a perturbé le débat, nous y réfléchirons pour l’année prochaine.

J’en viens finalement au plus important : La Fédération Espérantiste du Travail est au confluent de deux courants : celui de l’Espéranto avec sa volonté de résoudre les problèmes dus à l’incompréhension entre les hommes du fait des barrières linguistiques et celui du monde du travail, du monde progressiste qui se bat pour une société meilleure, plus juste, plus démocratique, débarrassée de l’exploitation et de l’oppression.

On pourrait nous répliquer que ce sont deux utopies bien peu réalisables. Ce n’est pas notre opinion et nous savons que nous faisons avancer le monde vers plus de justice et de fraternité dont il a grand besoin. C’est notre spécificité que de les cultiver et les marier !

Fédération Espérantiste du Travail
115 rue Béranger F-92320 Chatillon